Tu n’es pas tes trauma

Juin 20, 2022

Nous ne sommes pas nos traumas… nos traumas sont comme une seconde peau. Ils nous recouvrent d’une couche invisible que l’on croit être notre personnalité et nous nous définissons par eux.

« Je suis fainéant », « je suis timide », « je suis asociale », « je suis un procrastinateur », « je suis nerveux », « je suis jaloux », « je suis possessive », « je suis impatiente », « je suis déprimé », faut pas me chauffer moi, je m’énerve au quart de tour », « je n’ai pas confiance en moi », « je n’ose pas… je ne suis pas très ambitieuse », « je suis un sanguin ». Je suis, je suis, je suis…  

Nous ne sommes pas nos traumas et nos traumas ne veulent rien dire de nous. Ils ne sont que des preuves de ce que nous avons vécu, la preuve de notre incroyable force de vie. Ils ne sont pas ce que nous sommes mais il laisse une trace: des symptômes

Je ne saurais vous décrire le trauma autrement que comme un voile qui s’immisce entre vous et le véritable vous puis entre vous et le monde. Ce voile nous cache et nous protège.

Nous sommes des animaux qui ont besoin de Sens. Nous avons besoin de ressentir. Nous avons besoin de connecter. Nous avons besoin d’expérimenter le monde et notre corps. Nous avons besoin d’aimer et de nous accomplir. Nous avons besoin de créer et de nous sentir unique et à notre propre place au sein du groupe.

Tout ce qui entrave ce mouvement est Trauma. Le trauma crée la souffrance, la violence, le retrait, l’agressivité, la méfiance, la dépression, la perte de Sens, la perte d’estime, la peur de l’autre. Tout comme il peut être un incroyable vecteur de puissance, d’expansion, de force et de résilience. L’humanité est traumatisée car la vie nous traumatise. Nous ne pouvons pas supprimer le trauma mais nous pouvons en limiter fortement les impacts en commençant par arrêter de nous identifier à lui. Le chemin de guérison commence là: j’ai vécu des traumas, j’ai souffert et je m’en suis sortie. Je m’en suis sortie en étant timide. Je m’en suis sorte en étant violent. Je m’en suis sortie en procrastinant. Je m’en suis sortie en étant jalouse etc. 

Vous avez vécu des traumas. Vous n’êtes pas vos traumas.

C’est le premier pas vers une reconnexion à qui vous êtes. Une reconnexion à votre enfant intérieur qui n’était ni jaloux, ni violent, ni agressif, ni possessif, ni timide lorsqu’il est arrivé sur cette Terre. Vous étiez juste un.e enfant qui avait simplement besoin d’être accueilli.e, accepté.e et aimé.e tel qu’il/elle était par les autres. Être unique au sein du groupe. 

Le reste, ce sont les secondes peaux que vous avez enfilé pour pouvoir survivre.

Ne vous excusez pas de ce que vous avez été obligé de devenir pour survivre.   

Avec tout ma bienveillance,

Estelle 

thérapie, ateliers & programmes en ligne